Lampe à Souder « EXPRESS » de marque « Unis-France » Entièrement en cuivre et Laiton, noir mat, montée sur socle en bois , pieds caoutchouc.  Equipé d’une lampe Vintage Edison  «Tube »  E27 . Interrupteur / variateur de lumière intégré

 

Hauteur: 340 mm  Longueur 420 mm (avec ampoule)  profondeur 130 mm  

Prix: Nous consulter 

06 48 24 15 60

Lampe à Souder

"EXPRESS"

 réf 0009-17 

L'original

Un premier brevet de « torche à pétrole » a été déposé en France en 1791. Un autre modèle fut breveté aux États-Unis en 1856. Sous sa forme quasi-définitive, la lampe à souder à auto-vaporisation a été mise au point par Carl Richard Nyberg en Suède, en 1882. Dans les années 1970 les lampes à souder à combustibles liquides ont presque entièrement disparu au profit des appareils à cartouches de gaz, sauf dans les pays (Inde, Chine, etc.) où l'approvisionnement en cartouches de gaz est difficile et où on continue à fabriquer des lampes « à l'ancienne », en cuivre.

 

La lampe à souder se compose d’une poignée, d’un réservoir de combustible contenant une mèche (pour les combustibles liquides) ou un tuyau (pour les gaz) aboutissant un bec brûleur, et de divers dispositifs d’ouverture et de réglage. Elle était à l’origine en cuivre ou laiton, la poignée devant protéger la main de la chaleur pouvait être en bois et plus tard en bakélite, de même que les boutons de réglage. Le combustible était soit l’acétylène (produit par l’action de l’eau sur du carbure de calcium), l’alcool à brûler, puis le pétrole, l’essence et enfin les gaz liquéfiés, butane ou propane. Les lampes actuelles fonctionnent avec des cartouches de gaz butane (pour les petits travaux et le grand public) ou propane (pour des usages professionnels), et les parties non métalliques sont en matières plastiques isolantes de la chaleur.